Antropia ESSEC

Nelly Meunier, serial entrepreneure à 31 ans

Le CES à Las Vegas, le Web Summit à Lisbonne et un VivaTech à Paris en 2018. Nelly Meunier, co-fondatrice de Sunday (ex Hopen Family) fait le grand chelem de la tech !

Celle qui a pour rôle modèle Elon Musk (« c’est un magicien ! ») nous dévoile ses secrets de réussite, de ses enseignements tirés de certains échecs (il en faut !) à sa passion pour la tech et l’entrepreneuriat.

L’envie d’entreprendre dès l’adolescence

Cette jeune trentenaire bordelaise a senti le besoin d’entreprendre dès l’âge de 15 ans : « je savais que je ne voudrais jamais être salariée. »  A 31 ans, elle a déjà co-fondé 3 entreprises et 1 association :  « J’ai monté ma première start up à 22 ans. J’étais arrivée au stade où le besoin de recruter devenait indispensable mais j’ai préféré continuer mes études que de continuer cette aventure. »

Cette diplômée de KEDGE Business School à Bordeaux « anime toujours des multi-projets, comme sur un modèle Google. Je fais pousser des graines, j’arrache celles qui ne sont pas bonnes et je continue à faire pousser celles qui marchent ! Mais j’ai aussi eu des phases où j’ai fait des erreurs et j’en ferai sans doute encore ! L’important est d’en tirer toujours des enrichissements ! Comme disait Jacques Brel, “on ne meurt pas de se casser la gueule”.»

Hopen Family devenu Sunday est sa troisième entreprise.

Pourquoi ce changement de nom ? « Nous visons à présent le marché international, avec un focus sur les Etats-Unis. Sunday, le dimanche, c’est le jour de la famille, du repos, le moment de faire des activités et de prendre le temps de profiter de ses proches. Sunday sonnait comme une évidence ! »

A la vue des concours et différents prix qu’elle a remportés, nous sommes convaincus que Sunday est la start up montante de la tech dans laquelle il faut investir !

Sunday, la réponse à un besoin dans la Silver Economy

L’histoire de Sunday est avant tout une histoire de famille.

Depuis les quatre coins du monde, Nelly et ses frères et soeurs voulaient rester en contact régulièrement avec leurs grands-parents. Ces derniers n’étant pas adeptes des réseaux sociaux, Nelly a eu l’idée d’inventer une clé HDMI à brancher derrière le téléviseur pour que ses grands-parents, à travers une chaîne dédiée, puissent recevoir les photos envoyées par toute la famille.

Une fois son pitch structuré, elle se présente à de nombreux concours : « Depuis le Web Summit à Lisbonne il y a 2 ans, nous avons reçu des aides de la Région, ce qui nous a bien aidés pour financer le prototype. On gagnait alors beaucoup de prix, on s’est donc dit que c’était le moment d’y aller ! ».

Deux ans après la création de cette start up, Sunday compte une dizaine de salariés. Ce chiffre fait la fierté de cette entrepreneure à impact social, elle qui préside également « Les Bordelais ». Cette association vise à connecter des chercheurs d’emplois dans le secteur du numérique avec des employeurs et investisseurs.

« Nous recrutons sur les valeurs et la motivation plus que sur le CV. Nous sommes dans une phase de stabilisation dans le recrutement aujourd’hui, on est très contents de l’équipe que l’on a créée. » Et d’ailleurs, Sunday recrute actuellement un Ingénieur en développement logiciel.

Pourquoi postuler au sein du Programme Scale Up

Apprendre à bien se structurer

« L’accompagnement nous a permis de nous structurer grâce notamment à un mentor stratégique et financier de la banque Edmond de Rothschild qui nous a beaucoup soutenus sur la partie financière, en particulier sur la levée de fonds. Nous avions également accès à des formations de grande qualité dispensées par des professeurs de l’ESSEC ».

Prendre de la hauteur sur ces sujets

« Durant 6 mois, le programme Scale Up nous a permis de prendre du recul et échanger avec d’autres entrepreneurs. Même si nous ne travaillons pas dans le même secteur, nous avions tous les mêmes problématiques.»

Pouvoir accéder à un réseau

« Grâce au programme Scale Up, nous avons pu accéder à un réseau d’entrepreneurs qui partagent les mêmes valeurs que nous. Lors du Demo Day de mars 2018, nous avons pu rencontrer des investisseurs dans l’impact investing. Nous avons également été soutenus par Humanis, le partenaire d’Antropia ESSEC. »

Une ambition qui dépasse les frontières hexagonales

Le secteur de la Silver Economy connaît des opportunités de business très florissantes aux Etats-Unis. Suivant de près l’actualité de la Silicon Valley et de la tech new-yorkaise, Nelly a des ambitions qui dépassent le marché hexagonal. Ayant passé une partie de son enfance aux Etats-Unis, elle connaît la culture et le marché de la tech américain. Depuis la région Nouvelle-Aquitaine, la co-fondatrice de Sunday nous prouve qu’il est possible d’entreprendre hors de Paris et d’avoir une ambition internationale.

Audacieuse et déterminée à réussir, cette serial entrepreneure est la coqueluche des investisseurs à impact. Nous lui souhaitons de connaître le succès qu’elle mérite outre Altantique !

Ses 3 conseils pour réussir dans l’entrepreneuriat à impact    

1- Bien analyser le marché – des idées il y en a des millions, savoir transformer ses idées et trouver un business model nécessite de bien comprendre son marché !

2- Bien s’entourer – c’est important de trouver les bons associés. Aujourd’hui nous sommes 3, chacun dans son domaine d’expertise, on est soudés depuis le début.

3- « Never give up ! » – l’expression qui m’accompagne tous les jours !

Envie de rencontrer cette entrepreneure passionnée ?

Dès aujourd’hui  Nelly Meunier et son équipe vous donnent rendez-vous au salon Vivatech à Paris sur le stand J09-044 d’Orange. Pour prendre vos billets, c’est par ici !

Suivez l’actualité de Sunday via leur page Facebook, leur groupe Facebook, ainsi que sur Twitter, LinkedIn et leur site internet

Par Neslian Ozveren, pour Antropia ESSEC.

Leave a Comment.

© Antropia ESSEC, 2019.